L'intolérance à l'histamine peut se traduire par des symptômes semblables à ceux d'une réaction allergique. Les aliments déclencheurs sont ceux qui sont riches en histamine comme le vin rouge, le fromage affiné, la saucisse et le chocolat.

L'intolérance à l'histamine : Une pseudo-allergie

Est-ce que votre tête bourdonne et votre nez coule après un verre de vin rouge, un sandwich au salami ou un morceau de chocolat ? Ce qui peut sembler de prime abord être une allergie pourrait être dû à une intolérance à l'histamine.

L'histamine a une mauvaise réputation. Cette substance messagère est généralement connue pour causer de l'inconfort, surtout en cas d'allergies. En effet, l'histamine joue un rôle important dans l'organisme et est essentielle pour notre système immunitaire. Les inflammations déclenchées par l'histamine aident à combattre les agents pathogènes et les toxines qui entrent dans l'organisme.

Cependant, chez certaines personnes, l'organisme est incapable de dégrader l'histamine assez rapidement. Si l'histamine entre dans le système par ingestion d'aliments, une inflammation se développe, entraînant des maux de tête, des troubles gastro-intestinaux et des démangeaisons. C'est ce qu'on appelle l'intolérance à l'histamine.

Ce que vous apprendrez de cet article :

L'intolérance à l'histamine : En cas d'intolérance à l'histamine, une trop grande quantité de cette substance messagère est présente dans votre corps. Cela est probablement dû au fait que l'enzyme diamine oxydase (DAO) est présente en quantité insuffisante dans l'intestin.

Causes : Actuellement, seules des hypothèses existent concernant les causes d'une intolérance à l'histamine. Il est possible que les maladies gastro-intestinales chroniques, l'alcool et certains médicaments contribuent à ce que l'organisme ne produise pas suffisamment de l'enzyme DAO.

Symptômes : Les symptômes de l'intolérance à l'histamine sont semblables à ceux d'une allergie. Démangeaisons, rhume, maux de tête et problèmes gastro-intestinaux sont quelques-uns de ces symptômes.

Traitement : La mesure la plus importante à adopter est d'éviter les aliments à forte teneur en histamine, comme le vin rouge, les tomates, les saucissons salées et le fromage affiné. à court terme, des médicaments, appelés antihistaminiques, peuvent également atténuer les symptômes.

Qu'est-ce que l'histamine ?

L'histamine est une substance dite messagère, qui transmet et diffuse l'information entre les cellules et est importante pour notre système immunitaire, entre autres choses. L'histamine est produite par un acide aminé, qui est lui-même produit par l'organisme ou ingéré via notre alimentation. Les symptômes ne surviennent que lorsque l'organisme ne parvient pas à dégrader complètement l'histamine après son utilisation[1].  

L'histamine appartient au groupe des amines biogènes qui sont produites naturellement, surtout lors des processus de détérioration et de décomposition[2].

Quelle est la fonction de l'histamine dans l'organisme ?

En tant que substance messagère, l'histamine assume toute une série de tâches : Elle transmet les stimuli d'un nerf à l'autre, dilate les vaisseaux sanguins et assure que les muscles se contractent et se détendent. L'histamine est également impliquée dans la digestion des graisses, le fonctionnement du système immunitaire, la formation du sang, la guérison des plaies et la régulation du rythme nycthéméral.

S'il y a trop d'histamine dans l'organisme, ces fonctions risqueront d'être compromises. Les conséquences se traduisent par des troubles du rythme cardiaque, des fluctuations de la tension artérielle et des perturbations des voies neurologiques[1].

Qu'est-ce qu'une intolérance à l'histamine ? 

Dans le cas de l'intolérance à l'histamine, également appelée incompatibilité à l'histamine (histaminose), l'interaction entre l'histamine et deux enzymes est probablement perturbée. L'organisme est donc incapable de dégrader l'histamine assez efficacement, y comprise l'histamine présente dans certains aliments. Si vous ressentez un malaise après avoir consommé des aliments à forte teneur en histamine, on parle alors d'intolérance à l'histamine[1].

Saviez-vous que l'expression « intolérance à l'histamine » est dérivée de l'expression « intolérance au lactose » ? Une carence enzymatique est également décisive pour l'intolérance au lactose[3].

4 aliments riches en histamine

Quel est le rôle de la diamine oxydase ?


Dans le contexte de l'intolérance à l'histamine, le terme diamine oxydase (DAO) est souvent utilisé. La DAO est l'enzyme qui est principalement responsable de la dégradation de l'histamine que vous ingérez via votre alimentation. La théorie la plus courante concernant le développement de l'intolérance à l'histamine est basée sur ce qui suit : L'activité de la DAO est perturbée, ce qui résulte en une dégradation très lente de l'histamine, et par conséquent, l'excès d'histamine cause de l'inconfort.

L'intolérance à l'histamine et les allergies alimentaires

L'intolérance à l'histamine n'est pas une allergie. Cependant, il est souvent difficile de faire la distinction entre les deux conditions précisément parce que les symptômes surviennent après la consommation de nourriture dans les deux cas et sont pratiquement identiques. C'est pour cela que l'intolérance à l'histamine est aussi appelée pseudo-allergie.

Il est donc d'autant plus important de distinguer clairement l'intolérance de l'allergie[4]. En réponse aux symptômes typiques, les médecins procèdent habituellement à un test de dépistage des allergies alimentaires, mais cela ne permet pas de déceler une intolérance à l'histamine. Par la suite, vous et votre médecin ou votre thérapeute devrez prendre conscience d'une possible intolérance à l'histamine[2].

Il se peut bien sûr que vous souffriez bien d'une allergie alimentaire ainsi que d'une intolérance à l'histamine – cependant, différents aliments sont généralement responsables pour les réactions respectives[5].  

Les causes de l'intolérance à l'histamine

Jusqu'à présent, d'un point de vue scientifique, il n'existe aucune preuve définitive que la cause de l'intolérance à l'histamine puisse être attribuée à un problème avec l'enzyme DAO. Certains critiques soupçonnent même que les symptômes cliniques de l'intolérance à l'histamine n'existent pas ou sont psychosomatiques[6].

Le saviez-vous : les humains ne peuvent tolérer qu'une certaine quantité d'histamine ! Chez les personnes en bonne santé, cela représente un maximum de 100 milligrammes d'histamine par jour. Cette quantité se trouve, par exemple, dans le poisson avarié. Au-delà de ce seuil, on parle déjà d'intoxication. Si vous avez une intolérance à l'histamine, vous réagirez à une dose beaucoup plus faible que celle qui pourrait déclencher une intoxication chez des personnes saines[7, 8].

Quelles sont les causes de l'intolérance à l'histamine ?

Une intolérance à l'histamine signifie que l'organisme ne peut assurer la dégradation de l'histamine assez rapidement. Deux explications sont possibles[9] :

  1. Les personnes affectées ont trop d'histamine, par exemple en raison d'une surproduction (allergie, bactérie ou saignement dans le tractus gastro-intestinal) ou de l'absorption d'histamine, d'histidine ou d'autres amines biogènes (sous la forme d'aliments ou d'alcool)
  2. Il y a trop peu ou seulement la forme inactive de l'enzyme diaminoxydase (DAO) dans le corps de la personne atteinte.

Le résultat est le même dans les deux cas : il y a trop d'histamine dans le corps[2].

Quelles sont les causes d'une carence en enzyme ?

Mais pourquoi certaines personnes manquent-elles de l'enzyme DAO ? Différentes explications et causes sont possibles, en particulier :

  • Problème intestinal chronique
  • Carences en vitamines et en zinc
  • Médicaments et alcool

Problème intestinal chronique 

Les maladies chroniques du tractus gastro-intestinal peuvent vraisemblablement contribuer au développement d'une intolérance à l'histamine. Les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable, de gastrite, de la maladie de Crohn ou d'ulcères gastro-intestinaux sont souvent touchées. Dans ces cas, des modifications de la muqueuse intestinale peuvent faire en sorte que l'enzyme DAO ne soit plus produite en quantité suffisante[10].

Médicaments et alcool

D'autres causes possibles de l'intolérance à l'histamine acquise sont les médicaments et l'alcool. Les deux peuvent inhiber l'activité de l'enzyme DAO. Par exemple, les substances actives suivantes peuvent influencer la fonction de la DAO et, par conséquent, le taux d'histamine[2] :

Ingrédient actif

Médicament

Acétylcystéines (ACC)

analgésiques

Ambroxol

sirop antitussif

Aminophylline

asthme 

Amitriptyline

dépression

Chloroquine

paludisme

Isoniazide

antibiotiques

Métamizole

colique

Métoclopramide

nausée

Propafénone

arythmies cardiaques

Vérapamile

maladies coronariennes

 

Si vous prenez l'un de ces médicaments régulièrement et présentez des symptômes d'intolérance à l'histamine, consultez votre médecin. Changer de médicament peut suffire à soulager les symptômes.

Carences en vitamines et en zinc

Les vitamines B6 et C travaillent toutes deux en collaboration avec l'enzyme DAO pour décomposer l'histamine dans le corps. En cas de carence en ces deux vitamines, le taux d'histamine augmente en conséquence. Certains chercheurs y ont vu une explication possible de l'intolérance à l'histamine chez les personnes qui n'avaient pas de taux de DAO réduits. Cependant, d'autres experts doutent que les vitamines B6 et C puissent réellement contribuer à l'intolérance[10].

Le saviez-vous : D'une manière indirecte, le minéral zinc peut aussi potentiellement aider contre l'intolérance à l'histamine. Le zinc est nécessaire pour activer la vitamine B6, qui à son tour soutient l'enzyme DAO dans la dégradation de l'histamine.

En résumé : Les personnes intolérantes à l'histamine ont trop d'histamine dans leur corps, surtout après avoir consommé des aliments riches en histamine. Cela peut être dû à une carence enzymatique causée par des maladies gastro-intestinales ou des médicaments.

Les symptômes de l'intolérance à l'histamine

Une femme souffrant de maux de tête – symptôme d'intolérance à l'histamine

Comment se manifeste une intolérance à l'histamine ?

Les symptômes de l'intolérance à l'histamine ressemblent d'abord à ceux d'une réaction allergique. Cela rend souvent difficile l'identification de l'intolérance. Les plaintes surviennent après avoir consommé des aliments à forte teneur en histamine, généralement immédiatement ou jusqu'à deux heures plus tard. Ces symptômes peuvent durer jusqu'à 12 heures ou plus.

Comme l'histamine peut s'attacher à certaines cellules du corps entier et déclencher des réactions inflammatoires, l'intolérance à l'histamine est souvent ressentie dans de nombreuses parties du corps. Les symptômes typiques sont[1, 2] :

Partie du corps

Symptômes

Peau

Rougeur, démangeaisons, enflure 

Tractus intestinal

Crampes, saignements, diarrhée

Poumons et voies respiratoires


Toux, asthme, crampes, écoulement nasal, difficulté à avaler

Système cardiovasculaire


Changements dans la tension artérielle, palpitations, arythmies cardiaques, perte de conscience

Système nerveux

Maux de tête, migraines, étourdissements

 

Les symptômes ne se manifestent pas de la même façon pour tout le monde. Chez certaines personnes, ils peuvent apparaître plus tôt, chez d'autres, la réaction est plus forte et la majorité d'entre elles ne développent qu'une partie des symptômes possibles. De plus, chaque personne a un niveau de tolérance individuel différent. Cela signifie, par exemple, qu'une personne réagira immédiatement après n'avoir pris qu'une gorgée de vin rouge, tandis que d'autres ne le remarqueront qu'après avoir bu tout un verre[4].

L'histamine et les migraines

L'histamine peut causer des maux de tête indépendamment du fait que la personne souffre de migraines ou non[4]. On n'a pas encore déterminé de façon concluante comment une migraine se développe, mais elle est probablement liée à des substances messagères qui déclenchent des réactions inflammatoires. L'histamine pourrait également jouer un rôle en dilatant les vaisseaux sanguins, ce qui déclenche des douleurs migraineuses[11]. Cette théorie est justifiée par le fait que les études ont souvent identifié de faibles concentrations de DAO dans le sang des personnes souffrant de migraines. En outre, de nombreuses personnes souffrant de migraines ont observé un lien entre la consommation d'aliments contenant de l'histamine et leurs crises de migraine[12].

Intolérance à l'histamine et hormones sexuelles féminines

Les scientifiques ont observé que les femmes enceintes sont moins susceptibles de souffrir d'une intolérance à l'histamine. Les migraines et les maux de tête en particulier sont moins fréquents ou n'apparaissent pas du tout pendant la grossesse. Cela pourrait être dû au fait que les fluctuations hormonales pendant la grossesse assure un taux de DAO important dans le corps. Après la naissance, cependant, les valeurs reviennent à la normale et l'intolérance à l'histamine revient habituellement à son maximum[4].

Pendant la menstruation, les symptômes de l'intolérance à l'histamine peuvent aussi être plus graves. D'autre part, les femmes ayant une intolérance à l'histamine souffrent souvent de symptômes menstruels plus prononcés, en particulier de crampes douloureuses dans l'abdomen. Ceci est probablement dû à l'interaction entre l'histamine et les hormones sexuelles féminines. S'il y a beaucoup d'histamine dans l'organisme, la production de l'œstrogène est favorisée et celle du progestérone est inhibée. Cela entraîne une libération accrue de messagers de la douleur et les symptômes menstruels sont plus graves[13, 15-17].

L'histamine et la dermatite atopique

L'intolérance à l'histamine est considérée comme un déclencheur possible d'une poussée de dermatite atopique. L'histamine, qui est une substance messagère, joue un rôle important dans cette maladie cutanée qui provoque des démangeaisons et des éruptions cutanées desséchées. Des études ont montré que les patients atteints de dermatite atopique manquent souvent de l'enzyme DAO et ont trop d'histamine dans le sang. Un régime pauvre en histamine peut probablement améliorer l'apparence de la peau et diminuer de la fréquence des éruptions. En thérapie nutritionnelle, il est donc souvent conseillé aux personnes atteintes de dermatite atopique d'éviter les aliments riches en histamine[17].

Le traitement de l'intolérance à l'histamine

Si vous souffrez d'intolérance à l'histamine, le traitement le plus efficace consiste à éviter les aliments très riches en histamine. Cependant, cela ne s'avère généralement pas facile. L'histamine est présente dans de nombreux aliments, et les fabricants n'ont pas besoin d'inclure des informations sur l'histamine sur l'emballage.

De plus, il est presque impossible de trouver un moyen d'éviter complètement l'histamine, car elle est présente presque partout, au moins en petites quantités. Mais beaucoup de personnes atteintes sont soulagées en évitant certains aliments qui contiennent beaucoup d'histamine ou qui favorisent la production de cette substance messagère.

Six conseils concernant l'intolérance à l'histamine

Comment traite-t-on une intolérance à l'histamine ? 

Avez-vous des raisons solides de soupçonner une intolérance à l'histamine ? Vous pouvez modifier progressivement votre régime alimentaire. Cela se fait en plusieurs phases :

Phase 1 : Période d'attente

Au début, retirez les aliments riches en histamine de votre alimentation pendant 14 jours. Si vous remarquez une amélioration rapide, c'est une indication claire d'une intolérance à l'histamine.

Phase 2 : Phase de test

Après la période d'attente stricte de 14 jours, vous pouvez maintenant réintroduire graduellement de petites quantités d'histamine dans votre alimentation. Il est préférable de ne tester qu'un seul aliment par jour. Le but est de vérifier ce qu'on appelle le seuil de tolérance. Il est préférable de tenir un journal des symptômes, dans lequel vous indiquez ce que vous avez mangé, quand et quels symptômes sont survenus et à quel moment. De cette façon, vous pouvez savoir quels aliments vous tolérez et en quelle quantité.

Cette phase de test devrait durer environ six à huit semaines. Pendant cette période, vous serez également en mesure d'observer quels autres facteurs influencent vos symptômes. Il peut s'agir de stress, de médicaments ou de menstruations.

Phase 3 : Nutrition à long terme


Vous avez atteint la troisième phase où vous avez une vue d'ensemble des aliments que vous pouvez tolérer et en quelles quantités. En règle générale, vous aurez alors établi une alimentation équilibrée et savoureuse. Puisqu'il peut être approprié dans certains cas de suivre ce régime pour une période indéterminée, les médecins et les thérapeutes parlent de la phase de « nutrition permanente »[18].

Quels sont les aliments à éviter en cas d'intolérance à l'histamine ?

La saucisse, le fromage, le vin rouge contiennent beaucoup d'histamine.

L'histamine se trouve principalement dans les aliments qui sont fermentés ou dans lesquels les processus de fermentation jouent un rôle, par exemple dans les aliments qui ont mûri pendant une longue période. Par exemple, le poisson fraîchement pêché contient très peu d'histamine, alors que le poisson fortement transformé et en conserve en contient beaucoup. En général, la liste des aliments contenant de l'histamine est longue[18] :

Groupe alimentaire

Teneur en histamine

Alternatives appropriées

Poisson

Poisson en conserve (thon, anchois, maquereau), poisson mariné et fumé

Poisson domestique fraîchement pêché (!) ou poisson congelé

Fromage

Variétés affinées comme le parmesan, le fromage suisse, le fromage de montagne, le fromage bleu, le camembert affiné, le fromage au lait cru.

Gervais, fromage cottage, fromage en grains, mozzarella, fromage au beurre, gouda frais

Viande/saucisse

Saucisses et produits à base de viande salés, fumés et séchés à l'air comme le salami, le jambon cru et le lard salé

Saucisses à cuire et à bouillir comme la saucisse de veau, la saucisse de jambon, le jambon cuit

Légumes

Choucroute, épinards, tomates, produits à base de tomates tels que ketchup, pâte de tomates, sauce tomate ; avocat, aubergines, légumes marinés

Tous les autres types de produits crus ou cuits à la vapeur

Fruits

Bananes mûres, kiwis, fraises, ananas, agrumes

Tous les autres types, y compris les jus

Confiseries

Chocolat, cacao 

Gâteaux et biscuits sans chocolat et sans fruits à coque

Collations et autres

Cacahuètes, noisettes, noix ; collations contenant du glutamate, vinaigre balsamique

Maïs soufflé, boules de millet, pâtisseries salées, Grissini, crackers, tout autre type de vinaigre.

Alcool

Vins rouges, vins de dessert, champagne français, Prosecco, bières de fermentation haute (bières blanches), boissons spiritueuses vieillissantes en tonneau (whisky, cognac), liqueurs.

Vin blanc, vins rouges à faible teneur en histamine, vin mousseux ou champagne à faible teneur en histamine, bière non alcoolisée (généralement), Pilsner, schnaps clairs, vodka, gin

 

Les boissons alcoolisées ont tendance à favoriser la production de l'histamine. Il peut donc valoir la peine d'éviter l'alcool, surtout dans la phase d'attente.

Le saviez-vous : Malheureusement, vous ne pouvez pas retirer l'histamine des aliments pendant la cuisson, que vous les congeliez, les cuisez, les faites frire ou les mettez au micro-ondes. La chaleur et le froid ne détruisent pas l'histamine[2].

Autres conseils nutritionnels 

Il n'y a pas que les aliments qui contiennent eux-mêmes beaucoup d'histamine, mais aussi les aliments qui augmentent la quantité d'histamine produite par l'organisme. Mentionnons entre autres[19] :

  • Fraises, agrumes, ananas, kiwi 
  • Fruits de mer
  • Lait

D'autres aliments peuvent interférer avec l'enzyme de dégradation de l'histamine DAO[19] :

  • Chocolat
  • Fruits : agrumes, ananas, papaye, framboises, poires, bananes
  • Tomates et légumineuses
  • Germe de blé
  • Noix de cajou, noix

Saviez-vous que : La teneur en histamine dans les aliments peut varier considérablement selon la fraîcheur et la maturité de l'aliment et selon sa variété[20].

La thérapie du côlon et l'intolérance à l'histamine

Un côlon en bonne santé peut contribuer à améliorer la production de l'enzyme de dégradation de l'histamine DAO. Si votre muqueuse intestinale est enflammée ou si les cellules de l'épithélium intestinal sont endommagées, cette enzyme ne peut plus être suffisamment produite. Une mauvaise colonie de bactéries dans l'intestin peut également être un problème. Une thérapie du côlon peut remédier à cette situation et favoriser à nouveau le développement des enzymes DAO. Une reconstruction de la colonisation naturelle avec des micro-organismes, au moins une fois par an, est l'un des principaux procédés pour cette thérapie. Cela en vaut la peine, car une intolérance à l'histamine acquise peut être réduite ou même guérie.

Les médicaments améliorent-ils l'intolérance à l'histamine ?

L'intolérance à l'histamine ne peut être guérie par des médicaments. Cependant, les médicaments peuvent vous aider à soulager les symptômes à court terme. Et même avec des médicaments, vous devriez continuer à éviter le vin rouge, le fromage affiné, etc. Les médicaments les plus courants sont les antihistaminiques et le produit DAOSiN.

Quand est-ce que l'utilisation d'antihistaminiques est-elle recommandée ?

Les antihistaminiques empêchent les cellules du système immunitaire de libérer de l'histamine. Ils sont également l'ingrédient actif des médicaments antiallergiques. Le soulagement de l'intolérance à l'histamine dépend des symptômes qui vous dérangent. Si l'intolérance cause la diarrhée, les antihistaminiques peuvent souvent aider. Ils sont moins efficaces pour les maux de tête. En général, les médecins prescrivent des antihistaminiques dans tous les cas pour traiter certains symptômes. Ils ne doivent pas être pris en continu[19].

Médicaments pour manger au restaurant :

Il est souvent difficile d'éviter complètement les aliments contenant de l'histamine, en particulier lors des fêtes et dans les restaurants. De nombreuses personnes concernées comptent sur le produit DAOSiN du fabriquant pharmaceutique STADA pour de tels cas. Ce complément alimentaire contient de la DAO extraite d'animaux. Il est destiné à aider vos intestins à dégrader l'histamine. Les études n'ont pas encore confirmé l'effet de ce produit – certains experts disent qu'il n'existe actuellement aucun médicament qui puisse augmenter l'activité de l'enzyme DAO[18].

En résumé : Si vous soupçonnez une intolérance à l'histamine, vous devriez éviter l'alcool, les aliments riches en histamine et les aliments qui peuvent libérer de l'histamine. Vous pouvez prendre des antihistaminiques pour combattre les symptômes pendant une courte période.

Le test d'intolérance à l'histamine

Comme il n'est pas encore clair ce qui se passe exactement dans l'organisme en cas d'intolérance à l'histamine, il n'existe pas de méthode normalisée pour mesurer cette intolérance. La première étape consiste habituellement à déterminer les symptômes et à omettre les aliments de façon ciblée afin d'observer les changements possibles.

Quel est le test qui peut indiquer si je souffre d'une intolérance à l'histamine ?

Il y a deux façons de confirmer vos soupçons initiaux :

1. Test de provocation : Votre médecin vous administrera une certaine quantité d'histamine, habituellement sous forme de comprimé. Vous recevrez, un autre jour, un comprimé sans histamine cette fois-ci. Le médecin observera comment votre corps réagit dans chaque cas[3].

2. Diagnostic en laboratoire : Dans la pratique et dans les études scientifiques, la mesure de l'enzyme DAO est de plus en plus utilisée. Des études ont révélé que les personnes qui avaient observé une intolérance à l'histamine avaient des concentrations significativement plus faibles de l'enzyme dans leur sang que les groupes de contrôle sains[3, 14, 15].

La mesure de la méthylhistamine dans l'urine, en revanche, est fortement critiquée. Selon certains experts, la valeur est très imprécise et peut également être augmentée par une alimentation riche en protéines.

Quelles autres maladies devrais-je vérifier ?

Les symptômes indiquant une intolérance à l'histamine peuvent également être liés à d'autres problèmes de santé. Surtout si vous souffrez régulièrement d'inconfort gastro-intestinal, vous devriez consulter un médecin au sujet d'éventuelles maladies inflammatoires intestinales telles que la gastrite et la maladie de Crohn. Vous pourriez également souffrir d'autres intolérances comme l'intolérance au lactose, au fructose et au sorbitol[2].

Où puis-je effectuer un test d'intolérance à l'histamine ?

Test d'intolérance à l'histamine de cerascreen

Si vous voulez effectuer un test d'intolérance à l'histamine, vous pouvez le faire au cabinet d'un médecin, par exemple – les médecins de famille offrent souvent des tests de DAO. Les médecins vous poseront habituellement des questions sur vos symptômes et vous demanderont peut-être de tenir un journal des symptômes.




Une alternative est l'auto-test à domicile. Avec le test d'intolérance à l'histamine de cerascreen®, par exemple, vous pouvez simplement tester la concentration de DAO dans votre sang – et avoir une idée sur une éventuelle intolérance. Pour le test, prélevez une petite quantité de sang du bout de votre doigt et envoyez l'échantillon à un laboratoire spécialiste. Vous recevrez un rapport compréhensif des résultats avec votre taux de DAO, ainsi que des conseils de santé importants.


L'intolérance à l'histamine – En résumé

Qu'est-ce que l'histamine ?

L'histamine est une substance messagère qui remplit des fonctions importantes pour le système immunitaire. Elle est également responsable des symptômes d'allergie.

Qu'est-ce qu'une intolérance à l'histamine ?

Les personnes souffrant d'intolérance à l'histamine présentent une intolérance aux aliments riches en histamine. Il se peut que vous ayez trop peu de l'enzyme DAO qui dégrade l'histamine dans votre corps.

Quels sont les symptômes de l'intolérance à l'histamine ?

Les symptômes typiques sont des maux de tête, un écoulement nasal, une arythmie cardiaque et des éruptions cutanées. L'intolérance à l'histamine peut également aggraver les symptômes des crampes menstruels, des migraines et de la dermatite atopique.

Quelles sont les causes de l'intolérance à l'histamine ? 

Les chercheurs n'ont pas encore entièrement assimilé la cause de l'intolérance à l'histamine. Certains croient que les maladies gastro-intestinales chroniques, les médicaments et l'alcool peuvent empêcher l'enzyme DAO de bien remplir son rôle.

Comment puis-je faire face à l'intolérance à l'histamine ?

Il n'existe aucun médicament qui guérit cette intolérance. Tout ce que vous pouvez faire est d'essayer de voir si les antihistaminiques peuvent soulager les symptômes à court terme. La seule thérapie efficace consiste à éviter autant que possible les aliments riches en histamine, de préférence avec un changement de régime en trois phases.

Quels sont les aliments qui contiennent beaucoup d'histamine ?

L'histamine se trouve principalement dans les aliments fermentés et très mûrs – par exemple dans le poisson en conserve, le vin rouge, les fromages affinés et les saucisses salées.


Sources

  1. Kovacova-Hanuskova, E., Buday, T., Gavliakova, S., Plevkova, J.: Histamine, histamine intoxication and intolerance. Allergologia et Immunopathologia. 43, 498–506 (2015).
  2. Histaminintoleranz – aktueller Stand der Technik von Diagnose und Therapie, https://pdfs.semanticscholar.org/935a/64284447ce9428c46e6da6981ec8c04ca74f.pdf
  3. REESE, I. et al.: Vorgehen bei Verdacht auf Unverträglichkeit gegenüber oral aufgenommenem Histamin. Allergo J. 7
  4. Die verschiedenen Gesichter der Histaminintoleranz, https://www.aerzteblatt.de/archiv/53958/Die-verschiedenen-Gesichter-der-Histaminintoleranz
  5. Histamin-Unverträglichkeit (4), http://www.aerztezeitung.at/archiv/oeaez-2005/oeaez-11-10062005/histamin-unvertraeglichkeit-4.html
  6. Sattler, J. et al.: Food-induced histaminosis as an epidemiological problem: plasma histamine elevation and haemodynamic alterations after oral histamine administration and blockade of diamine oxidase (DAO). Agents Actions. 23, 361–365 (1988)
  7. Histamine+Intolerance-Like+Symptoms+in+Healthy+Volunteers+after+Oral+Provocation+with+Liquid+Histamine+-+All+Proc+2004.pdf, https://ainotes.wikispaces.com/file/view/Histamine+Intolerance-Like+Symptoms+in+Healthy+Volunteers+after+Oral+Provocation+with+Liquid+Histamine+-+All+Proc+2004.pdf
  8. Kanny, G. et al.: No correlation between wine intolerance and histamine content of wine. J. Allergy Clin. Immunol. 107, 375–378 (2001). doi:10.1067/mai.2001.112122
  9. Manzotti, G., Breda, D., Di Gioacchino, M., Burastero, S.: Serum diamine oxidase activity in patients with histamine intolerance. Int J Immunopathol Pharmacol. 29, 105–111 (2016).
  10. Maintz, L., Novak, N.: Histamine and histamine intolerance. Am J Clin Nutr. 85, 1185–1196 (2007).
  11. Berlit, P.: Basiswissen Neurologie. Springer Berlin Heidelberg, Berlin, Heidelberg (2014)
  12. Alstadhaug, K.B.: Histamine in Migraine and Brain. Headache: The Journal of Head and Face Pain. 54, 246–259 (2014).
  13. Ärzteblatt, D.Ä.G., Redaktion Deutsches: Die verschiedenen Gesichter der Histaminintoleranz, https://www.aerzteblatt.de/archiv/53958/Die-verschiedenen-Gesichter-der-Histaminintoleranz
  14. Bódis, J. et al.: The effect of histamine on progesterone and estradiol secretion of human granulosa cells in serum-free culture. Gynecol. Endocrinol. 7, 235–239 (1993)
  15. Rubio, E., Estañ, L.A., Morales-Olivas, F.J., Martinez-Mir, I.: Influence of hormonal treatment on the response of the rat isolated uterus to histamine and histamine receptor agonists. European Journal of Pharmacology. 212, 31–36 (1992).
  16. Hamada, Y., Shinohara, Y., Yano, M., Yamamoto, M., Yoshio, M., Satake, K., Toda, A., Hirai, M., Usami, M.: Effect of the menstrual cycle on serum diamine oxidase levels in healthy women. Clin. Biochem. 46, 99–102 (2013).
  17. Guida, B., De Martino, C.D., De Martino, S.D., Tritto, G., Patella, V., Trio, R., D’Agostino, C., Pecoraro, P., D’Agostino, L.: Histamine plasma levels and elimination diet in chronic idiopathic urticaria. Eur J Clin Nutr. 54, 155–158 (2000)
  18. Bericht & Report: Histaminunverträglichkeit. 5
  19. Histaminintoleranz, http://www.akadmed.com/files_dow/elearn/Lehrbuch/NMU_Histaminintoleranz_Jarisch_2010-01-01.pdf
  20. Histaminintoleranz: Fakt oder Fiktion?, https://www.rosenfluh.ch/rosenfluh/stories/publikationen/tmj/2009-02/10_Histaminintoleranz_2.09.pdf
  21. Mušič, E., Korošec, P., Šilar, M., Adamič, K., Košnik, M., Rijavec, M.: Serum diamine oxidase activity as a diagnostic test for histamine intolerance. Wien. Klin. Wochenschr. 125, 239–243 (2013).
  22. Maintz, L., Benfadal, S., Allam, J.-P., Hagemann, T., Fimmers, R., Novak, N.: Evidence for a reduced histamine degradation capacity in a subgroup of patients with atopic eczema. J. Allergy Clin. Immunol. 117, 1106–1112 (2006).