Comment protéger et refaire sa flore intestinale ?
Guide utile.


Flore intestinale, cela vous parle ? Faite de nombreuses bactéries, votre flore intestinale, aussi dite microbiote, s’affaire dans l’ombre à maintenir votre bien-être. Système immunitaire, santé de la peau, actions contre les troubles digestifs : avec une flore intestinale en bonne santé, ce sont aussi beaucoup d’autres parties de notre organisme qui fonctionnent bien ! Comment proteger votre microbiote ? Ou comment refaire votre flore intestinale, si elle est déséquilibrée ? Trouvez des réponses simples à lire, à ces questions.

Les antibiotiques, le stress et une mauvaise alimentation déséquilibrent la flore intestinale. La bonne nouvelle, c'est que vous pouvez faire quelque chose contre une flore intestinale déséquilibrée, et ainsi retrouver votre santé intestinale !

Ça pourrait aussi vous intéresser !

Ces sujets, en connexion avec la flore intestinale, sont souvent lus par nos lecteurs

 

 

Au Japon, les gens voient l'intestin comme le "centre honorifique" ou le "centre de la force physique et mentale". Chez nous cependant, il est encore souvent considéré comme un organe digestif pur - et est donc grossièrement sous-estimé. Les flatulences, la diarrhée et la constipation sont des sujets tabous, bien que 20 % de la population souffre de constipation, environ 15 % de diarrhée chronique et environ 10 % du syndrome du côlon irritable. L'une des raisons de cette situation : Nous ne nourrissons pas correctement nos bactéries intestinales. Notre flore intestinale est déséquilibrée, nous le signalant par des troubles digestifs vraiment gênants.

Votre flore intestinale : 'bonnes' et 'mauvaises' bactéries 

Par des analyses de selles, les laboratoires peuvent déterminer quels types de bactéries sont présents dans la flore intestinale. Par exemple, ils peuvent analyser la composition des différentes souches de bactéries et l'équilibre entre les "bonnes" et les "mauvaises" bactéries.

Les bactéries présentes dans l'intestin, qui constituent notre flore intestinale, ne contribuent pas seulement à une digestion saine. Elles protègent également les personnes contre les maladies et renforcent le système immunitaire. Les bactéries présentes dans notre flore intestinale aident à déterminer si nous souffrons d'une neurodermite, d'une maladie inflammatoire de l'intestin ou si nous ne pouvons pas tolérer certains aliments.

Comment refaire sa flore intestinale, à l’aide de ces connaissance ? Les bactéries intestinales mangent ce que nous leur fournissons. Découvrez comment les probiotiques et un régime alimentaire adapté peuvent vous aider à cultiver de manière ciblée des groupes importants de bactéries et à ramener vos intestins à un état sain.

Qu’est-ce que la santé de la flore intestinale ?

Qu'est-ce que c'est, en fait, un intestin sain ? D'éminents scientifiques ont défini cinq critères qui constituent la "santé intestinale" [1]:

    • pas de maladies intestinales ni de troubles digestifs
    • digestion et absorption efficaces des aliments
    • une flore intestinale normale et stable
    • un système immunitaire fort
    • bien-être général

    Entre autres choses, votre intestin décide également si vous réagissez à certains nutriments comme le lactose et quels aliments provoquent des allergies et / ou intolérances alimentaires pour vous. Comprendre la différence entre intolérance et allergie alimentaire peut déjà aider à y voir plus clair, face à ses symptômes.

    Le saviez-vous ? Avec une longueur totale de 5 à 7,5 mètres, l'intestin est notre plus grand organe interne.


    Notre sélection de probiotiques pour prendre soin de votre flore intestinale

    Prévenez ou agissez contre une flore intestinale déséquilibrée avec des probiotiques sains, aussi faits pour les végétariens, végans et personnes allergiques.

    Trouvez votre probiotique


    Comment refaire sa flore intestinale ?

    La flore intestinale est complexe et les scientifiques n'ont pas encore résolu tous les secrets qui l'entourent. Il existe cependant plusieurs facteurs avec lesquels, selon l'état actuel de la recherche, vous pouvez soutenir votre flore intestinale et contribuer à sa reconstitution [2]:

    • Déplacez-vous beaucoup
    • Evitez le stress chronique
    • Mangez sainement : avec beaucoup de fibres, mais peu de sucre et d'acides gras saturés, ainsi que peu de produits finis.
    • Si nécessaire, prenez des probiotiques et des prébiotiques ciblés.
    4 conseils pour meilleure santé flore intestinale

    Comment reconnaître si votre flore intestinale est saine ?

    Votre flore intestinale est-elle en bonne santé ? Il n'est pas toujours facile de répondre à cette question. Mais il existe certains symptômes qui indiquent une flore intestinale déséquilibrée, comme un estomac ballonné ou une diarrhée fréquente. Mais il y a aussi des signes parlant indiquant une flore intestinale saine :

      • Une à trois selles par jour
      • Selles formées
      • Estomac plat et non gonflé
      • Peu de flatulences
      • Pas de plaintes après la consommation de certains aliments

      Quelles sont les missions de notre intestin ?

      Votre intestin est constamment occupé à transformer les aliments et à combattre les agents pathogènes qui s'y trouvent. La phase la plus importante de la digestion se déroule dans l'intestin grêle. Il digère notre nourriture jusqu'à ce que tous les nutriments, vitamines et minéraux importants soient absorbés. Le reste de la pulpe alimentaire arrive dans le gros intestin, d'où elle est excrétée[3].

      Le saviez-vous ? De l'ingestion dans la bouche jusqu'au gros intestin, les aliments restent dans notre corps pendant cinq à 70 heures. [4].

      Mais il y a une autre tâche importante qui a été sous-estimée pendant des années : le système immunitaire dans l'intestin. Le tube digestif se défend constamment contre les agents pathogènes tels que les bactéries, les virus, les champignons, les toxines et les toxines environnementales.

      Une femme montre avec ses mains un coeur sur son ventre - flore intestinale saine

      Quels sont les symptômes d’une flore intestinale déséquilibrée ?

      Si la flore intestinale est déséquilibrée, c’est-à-dire que les différents types, souches de bactéries et le système immunitaire ne sont pas équilibrés, cela affaiblit les défenses intestinales. Les conséquences peuvent être [4] :

      • Des troubles digestifs, problèmes gastriques et intestinaux importants tels que la constipation, la diarrhée et les processus inflammatoires
      • Surcharge pondérale
      • Système immunitaire généralement affaibli et donc des infections plus fréquentes
      Test d'intolérance alimentaire


      Bon à savoir : Des problèmes dans le tractus gastro-intestinal peuvent également être une indication d'allergies et d'intolérances alimentaires. Un test bilan de santé peut ici aussi vous aider à faire le point sur les aliments courants auxquels vous pourriez vraiment être intolérant ou allergique.

       

       


      L’intestin parle avec votre cerveau !

      L'intestin contient également un système nerveux qui contient plus de cellules nerveuses que la moelle épinière entière. Les scientifiques ont découvert il y a 100 ans que les bactéries de l'intestin communiquent constamment avec les neurones du cerveau. C'est ainsi que le nom de "cerveau du ventre" ou second cerveau a vu le jour. Le sentiment bien connu est une intuition, déclenchée par le second cerveau [1,3].

      Qu’est-ce que la flore intestinale ?

      Jusqu'à 100 billions d'organismes différents comme des bactéries, des virus et des champignons vivent dans votre intestin. Ces micro-organismes sont appelés flore intestinale ou encore microbiote .

      La plupart des bactéries sont situées là où la digestion est presque terminée, dans la muqueuse du gros intestin [5]. Si le processus est perturbé et que les bactéries migrent du gros intestin vers l'intestin grêle, cela peut entraîner de graves flatulences, des douleurs abdominales, des douleurs articulaires, une carence en nutriments et de l'anémie. Un tableau clinique encore partiellement inexploré, qui est appelé: surcroissance ou mauvaise croissance bactérienne [6].

      Dans l'intestin, se trouve aussi notre système immunitaire.

      Les bactéries ne peuvent pas seulement causer des dommages. Au contraire : la flore intestinale est vitale pour la survie de l'homme. Mais que font exactement nos bactéries intestinales et comment ? Les bonnes bactéries de la flore intestinale font un travail important pour la santé de l'intestin en renforçant, entre autres, le système immunitaire. En fait, 70 à 80 % des cellules de notre système immunitaire se trouvent dans l'intestin [2].

      Notre système immunitaire inné dans l'intestin empêche les agents pathogènes de pénétrer et de se propager. En cas de fuite, les bactéries nocives et les agents pathogènes migrent dans l'intestin et la flore intestinale est déséquilibrée. Afin de maintenir les défenses, il y a un échange constant d'informations entre le système immunitaire et les bonnes bactéries de la flore intestinale. Ces bactéries saines comprennent avant tout les genres lactobacilles et les bifidobactéries, qui constituent également une grande partie de la flore intestinale.

      S'il n'y a plus assez de bonnes bactéries et que les mauvaises prennent le dessus dans la flore intestinale, les inflammations et les maladies peuvent se propager plus facilement [7]. Un tel déséquilibre (dysbiose) de la flore intestinale peut se produire, entre autres, à cause d'une alimentation malsaine avec beaucoup de graisses saturées et de sucres ou à cause d'une thérapie d’antibiotiques.

      Quelles sont les autres tâches de la flore intestinale ?

      Les bactéries "fortes, bonnes" et vitales pour notre corps de la flore intestinale ont d'autres tâches, comme par exemple :

        • Elles produisent à partir de nos aliments le "butyrate", dont il a été démontré qu'il contribue à la santé de la flore intestinale en favorisant les mécanismes de résistance au stress.
        • Les bonnes bactéries de notre flore intestinale produisent un certain nombre d'acides aminés indispensables
        • Elles produisent certaines vitamines, telles que la vitamine K et les vitamines B hydrosolubles.

        Etat actuel des connaissances :

        Une étude publiée dans le magazine spécialisé Science a montré que les bactéries de la flore intestinale peuvent bloquer les réactions allergiques. Par leur influence sur notre système immunitaire, elles peuvent inhiber les cellules immunitaires responsables du déclenchement des allergies. Ce lien pourrait constituer une approche pour de nouvelles options thérapeutiques pour les personnes souffrant d'allergies à l'avenir [11].

        Comment en arrive-t-on à une flore intestinale déséquilibrée ?

        La composition des bactéries intestinales est différente pour chaque personne et change au cours de la vie. Au cours des 20 dernières années, les chercheurs ont pu identifier des modèles permettant de reconnaître un intestin sain. Néanmoins : une grande partie des fonctions que nos concitoyens exercent dans l'intestin est encore inconnue [12].

        Ce que l'on sait jusqu'à présent: Il existe des facteurs qui influencent continuellement la composition des bactéries de la flore intestinale. D'une partl s'agit de l'âge, du sexe et de la prédisposition génétique - mais surtout aussi de la nutrition. En choisissant votre alimentation, vous pouvez influencer vous-même les bactéries qui colonisent votre intestin, et ainsi rétablir une flore intestinale déséquilibrée [13].

        Causes d'une flore intestinale en mauvaise santé

        Comment se fait-il que la colonisation des bactéries soit perturbée, menant à une flore intestinale déséquilibrée ? Il existe de nombreuses causes possibles. Les plus courantes sont [14]:

          • Contact avec les toxines environnementales et autres toxines
          • Mauvaise nutrition (peu d'aliments anti-inflammatoires)
          • Fumer des cigarettes
          • Prendre certains médicaments tels que les antibiotiques
          • Souffrir de stress
          • Infection par des agents pathogènes nocifs

          Flore intestinale déséquilibrée en raison d'antibiotiques - les bactéries tuent les bactéries

          Les antibiotiques nous ont permis de progresser dans la lutte contre les infections bactériennes et donc contre les maladies dangereuses. Mais ils ont aussi leurs côtés sombres. Les effets secondaires les plus courants et les plus visibles des antibiotiques sont les inflammations dans le gros intestin et parfois l'intestin grêle. En outre, ils ont un effet sur notre flore intestinale - un effet secondaire que vous ne ressentez pas directement. L'utilisation à long terme modifie l'équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries, menant à une flore intestinale déséquilibrée [16].

          le saviez-vous ? Selon une extrapolation, la consommation mondiale d'antibiotiques a augmenté de 65 % au cours des 15 dernières années.

          Les antibiotiques sont conçus pour tuer les bactéries - de cette façon, ils aident à lutter contre les infections bactériennes dangereuses. Ils combattent non seulement les bactéries nocives, mais aussi les bonnes bactéries de la flore intestinale. En outre, ils laissent dans l'intestin un grand nombre de bactéries mortes, que nous devons excréter par de fréquentes selles. Notre flore intestinale doit alors être reconstruite avec beaucoup d'efforts. Grâce à un régime alimentaire ciblé, nous pouvons fournir des aliments sans danger pour les bactéries et accélérer la croissance d'une flore intestinale saine.

          Santé intestinale : comment agir pour la reconstitution de la flore intestinale ?

          Les études montrent clairement que notre alimentation influence également notre flore intestinale. Ce que nous mangeons joue un rôle essentiel dans le maintien de la biodiversité et des fonctions de nos habitants intestinaux. C'est parce que nos bactéries se nourrissent de ce que nous leur donnons par notre alimentation.

          Comment aider à la reconstitution de votre flore intestinale dans la vie de tous les jours ?

            • Appréciez le café, le thé noir ou l'alcool avec modération. Le café et l'alcool ont un fort effet laxatif, tandis que le thé noir provoque la constipation.
            • Préférez les petits repas. Trop de nourriture à la fois surcharge notre système digestif. Mangez à des heures régulières et uniquement lorsque vous avez faim. Arrêtez de manger quand vous vous sentez rassasié.
            • Assurez-vous que l'approvisionnement en liquide soit suffisant. Il est préférable de boire de l'eau minérale plate ou de la tisane légèrement infusée. Cela ramollit les selles de sorte qu'il n'y a pas de constipation et que l'intestin est au mieux vidé.
            • Evitez les produits finis ! Ils contiennent des additifs qui ne sont pas tolérés par tout le monde et qui peuvent provoquer des plaintes. Dans la mesure du possible, évitez les sauces et chapelure, surtout si elles contiennent beaucoup de graisse. Elles sont difficiles à digérer et peuvent provoquer des maux d'estomac et des diarrhées. Évitez également les aliments riches en graisses, en sucre et en protéines.
            • Mâchez bien ! Il y a ainsi moins de plaintes telles que la constipation, les flatulences et les brûlures d'estomac.
            • Mangez des aliments riches en fibres tels que les céréales complètes, les flocons d'avoine et les graines de lin. Vos selles deviennent plus molles et davantage de substances nocives peuvent être excrétées. De plus, les fibres alimentaires soutiennent nos importantes bactéries intestinales. Cinq portions de fruits et légumes par jour sont également bonnes pour les intestins. Outre les vitamines et les minéraux, ils contiennent également de l'eau et des fibres.
            • L'exercice physique aussi est bon pour le mouvement interne de l'intestin, et pour la santé de la flore intestinale. [27].

            Flore intestinale et perte de poids

            Nos bactéries intestinales utilisent la nourriture que nous mangeons. Elles la transforment en graisses, vitamines et minéraux, que notre corps peut utiliser pour diverses tâches. Si la flore intestinale se modifie, la façon dont notre corps traite les aliments change également. Des études récentes montrent que c'est la raison pour laquelle, par exemple, la composition de la flore intestinale change de manière significative chez les personnes en surpoids ou en surcharge pondérale. D'autre part, une flore intestinale déséquilibrée augmente également le risque de prise de poids [28].

            Dans certaines études, la souche bactérienne Fermicutes est largement répandue chez les personnes en surpoids. Les ferments extraient l'énergie des aliments de manière particulièrement efficace. Ce qui semble avantageux à première vue signifie pourtant qu'à partir de trop d'énergie, une plus grande quantité est utilisée et stockée dans les dépôts de graisse - provoquant un surpoids. Chez les participants à l'étude ayant moins de Fermicutes, moins de nourriture est utilisée en énergie, mais excrétée dans les selles [29].

            Soutenir flore intestinale par aliments

            Rôle des probiotiques, prébiotiques et amidon résistant, pour la flore intestinale

            L'utilisation de probiotiques, de prébiotiques et d'amidon résistant peut également permettre de guérir naturellement l'intestin, et ainsi de refaire la flore intestinale. Vous pouvez ramener la flore intestinale à un équilibre sain - en particulier dans le gros intestin. Les probiotiques et les prébiotiques non seulement favorisent la formation de bactéries saines, mais ils déplacent aussi les représentants négatifs dans notre intestin [4].

            Les sections suivantes expliquent ce que sont exactement les probiotiques et les prébiotiques ainsi que l'amidon résistant et comment vous pouvez les prendre.

            Bon à savoir : Lorsque le ratio des bactéries intestinales est déséquilibré, les médecins parlent de dysbiose. Cela signifie qu'il y a une trop grande proportion de certains types de champignons, de levures ou de bactéries qui ont un effet négatif sur l'organisme. En consommant des aliments probiotiques et des compléments alimentaires (souvent sous forme de gélules), vous pouvez rééquilibrer ces proportions.

            Quel rôle ont les probiotiques pour la flore intestinale ?

            Les probiotiques sont des organismes vivants (bactéries) qui sont ajoutés à de nombreux aliments. Une fois dans l'intestin, ils contribuent au fonctionnement normal de la flore intestinale. Ils absorbent les nutriments et combattent les infections [6,21]. Les probiotiques sont normalement formés pendant la fermentation naturelle des aliments. On les trouve donc dans le yaourt, le kéfir et la choucroute, par exemple. Cependant, le processus de fermentation prend du temps - et est donc souvent omis dans la production alimentaire moderne. La conséquence : de nombreux aliments qui sont en fait des probiotiques perdent leurs bienfaits pour la santé de la flore intestinale [22].

            Pour soutenir les bactéries de votre flore intestinale, il peut être bénéfique d'inclure davantage d'aliments probiotiques dans votre alimentation.

            Aliments probiotiques pour une bonne santé de la flore intestinale

            Quels aliments sont probiotiques ?

            En général, les aliments fermentés contiennent des probiotiques, tout comme les aliments produits par fermentation. Les aliments suivants sont généralement des probiotiques et peuvent soutenir la santé de votre flore intestinale :

            Aliments probiotiques
            Le kefir - contient dix à 34 souches probiotiques, plus encore que le yaourt
            Le yaourt - au mieux avec du lait provenant de l'agriculture biologique des pâturages
            Le vinaigre de cidre - contient des acides sains qui soutiennent la fonction des probiotiques
            Le miso - pâte d'épices japonaise à base de soja fermenté
            Le kombucha - thé fermenté avec effet antibactérien
            Le kimchi - chou chinois fermenté à l'ail, au gingembre et au chili
            La choucroute - fraîchement préparée de manière à ce que les bactéries lactiques soient toujours présentes
            Le fromage - La mozzarella, le cheddar et le gruyère, en particulier, contiennent des probiotiques
            Les cornichons - mais seulement la variante fermentée en saumure
            Le moût-de-pain - à base de pain complet au levain

            Les boissons probiotiques sont-elles bénéfiques ?

            Au cours des dernières années, de nombreuses boissons probiotiques ont été annoncées comme étant particulièrement saines, aussi pour agir contre une flore intestinale déséquilibrée. En 2012, le nouveau règlement européen sur les allégations de santé dites "Health Claims (health promise)" a obligé les fabricants à retirer certaines affirmations de leurs allégations publicitaires. Cela a perturbé de nombreuses personnes : Dans quelle mesure les boissons probiotiques de marques comme Yakult et Actimel contribuent-elles réellement à la santé intestinale ? [23]?

            Les boissons et les yaourts aux probiotiques ajoutés peuvent être utiles dans tous les cas, pour la flore intestinale. Toutefois, vous devez tenir compte de certains éléments lorsque vous en achetez :

              • Le contenu des probiotiques diminue continuellement après le remplissage. Par conséquent, plus c'est frais, plus c'est probiotique.
              • La date "Consommer avant" n'indique pas le point où la nourriture est gâtée. Après la date de péremption, cependant, le produit n'atteint plus le nombre minimum de bactéries qui le rendent probiotique.
              • Seules 10 à 40 % des bactéries lactiques survivent jusqu'à l'estomac - à cause de l'acide gastrique.
              • Attention à la forte teneur en sucre. Le sucre sert de source d'énergie, en particulier pour les mauvaises bactéries.

              Quelle quantité de probiotiques dois-je prendre ?

              Pour que suffisamment de bactéries viables atteignent l'intestin, une dose de doit contenir au moins un milliard d'unités formant des colonies. En raison de l'acide gastrique et de la bile, certaines bactéries ne survivent pas jusqu'à l'intestin. C'est pourquoi la tendance est à l'augmentation des doses. Les bactéries productrices d'acide lactique, telles que les lactobacilles, sont particulièrement sensibles. C'est pourquoi les préparations contenant ces souches bactériennes comportent souvent un enrobage entérique, par exemple de cellulose. Si une approche thérapeutique est à l'origine de la prise, votre médecin ou thérapeute peut recommander une certaine dose de probiotiques.

              Qu'est-ce que les prébiotiques ?

              Les prébiotiques sont des fibres alimentaires qui ne sont pas ou seulement partiellement digestibles. On les trouve dans certains aliments, notamment la chicorée, les asperges, les poireaux, les oignons et les bananes. Les prébiotiques servent d'aliments directs aux bactéries intestinales du gros intestin, qui sont bénéfiques pour la santé, et stimulent leur croissance. Cela produit des acides gras sains et réduit la valeur du pH intestinal. Les prébiotiques les plus connus sont l'inuline et l'oligofructose [21,24].

              Qu'est-ce qu'un amidon résistant ?

              L'amidon résistant est défini par les amidons et les produits de dégradation de l'amidon . L'amidon résistant atteint le gros intestin sans être digéré, où il sert de nourriture aux bactéries qui y sont présentes. Ainsi, il a des propriétés physiologiques similaires aux fibres alimentaires, pour la flore intestinale [26]:

                • Il améliore la santé intestinale
                • Il augmente la quantité de selles

                Les aliments suivants contiennent de l’amidon résistant :

                Quantité Aliment Amidon résistant
                1 Banane (pas tout à fait mûre) 4,7 grammes
                1/4 d’une tasse Flocons d'avoine (non cuits) 4,4 grammes
                1/4 d’une tasse Pois congelés (cuits) 4,0 grammes
                1/4 d’une tasse Haricots blancs (cuits) 3,7 grammes
                1/4 d’une tasse Lentilles (cuites) 2,5 grammes
                3 Pommes de terre bouillies (refroidies) 2,4 grammes

                Flore intestinale et maladies intestinales

                L'intestin et le reste de votre corps sont connectés à de nombreux niveaux. Il n'est donc pas surprenant qu'une flore intestinale déséquilibrée puisse également être liée à de nombreuses maladies . Cela peut affecter la santé des intestins, mais aussi celle de la peau et du psychisme.

                Flore intestinale et maladies liees

                Flore intestinale et côlon irritable

                En Belgique, on estime qu'une personne sur cinq souffre du syndrome du côlon irritable - une des maladies gastro-intestinales chroniques les plus courantes [31].

                Récemment, les directives des médecins ont également recommandé l'administration de probiotiques comme option thérapeutique. Les troubles intestinaux tels que les douleurs abdominales, les flatulences, la diarrhée et la constipation peuvent être soulagés par la prise de bactéries vivantes.

                Niveau de connaissance actuel :

                De nouvelles études ont montré que la flore intestinale des patients atteints de côlon irritable diffère de celle des personnes en bonne santé. Les patients atteints de côlon irritable présentent une flore intestinale déséquilibrée avec une multitude de "mauvaises" bactéries. Les médecins peuvent sélectionner les probiotiques appropriés en fonction des symptômes [31].

                Santé intestinale et maladies inflammatoires de l'intestin

                Depuis le début du 21e siècle, les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont devenues un problème mondial [32]. À ce jour, les scientifiques sont toujours incapables de dire exactement quels sont les déclencheurs de l'inflammation intestinale.

                La science est d'accord sur un point : la flore intestinale est une pièce du puzzle dans le développement de l'inflammation intestinale [33,34]. Des études montrent que la flore intestinale des personnes atteintes à la fois de la maladie de Crohn et de colite ulcéreuse contient beaucoup plus de mauvaises bactéries que de bonnes bactéries et que la diversité des bactéries est plus faible. Cette flore intestinale déséquilibrée rend le travail du système immunitaire plus difficile. Le dysfonctionnement du système immunitaire peut alors probablement entraîner une augmentation de l'inflammation [35,36].

                Des études scientifiques donnent actuellement des résultats prometteurs sur le traitement de la colite ulcéreuse : Les bactéries protectrices Bifidobacterium et Lactobacillus peuvent, comme probiotiques, modifier positivement la flore intestinale et atténuer les symptômes de la maladie .

                Flore intestinale et dépression

                Notre cerveau contient des milliards de neurones qui ont une relation étroite avec les billions de "bonnes" et "mauvaises" bactéries intestinales. La flore intestinale envoie probablement des signaux aux neurones de notre cerveau. Dans les situations de stress, la flore intestinale peut en fait changer - ce qui peut avoir un rapport avec cette coopération entre les neurones et les bactéries intestinales [39].

                Ce qui a conduit les scientifiques à suspecter que les probiotiques peuvent réduire les symptômes de la dépression. Cette hypothèse a été confirmée par une étude réalisée en 2016 - c'était la première fois que ce type de test était effectué [40]. Une étude publiée dans la revue Nature en 2011 a déjà montré des résultats impressionnants : L'alimentation de souris saines avec des probiotiques a permis de réduire les comportements anxieux et dépressifs par rapport aux souris témoins. La question de savoir si ces résultats sont transférables à l'homme devra être démontrée dans de futures études [41].

                Santé de la flore intestinale et neurodermite

                Ce n'est pas seulement dans nos intestins que vivent de nombreuses bactéries - la peau a aussi son propre écosystème de bactéries. Comme dans l'intestin, on y trouve des micro-organismes classés comme particulièrement utiles, neutres et/ou pathogènes [42]. Les scientifiques cherchent actuellement à savoir si les personnes atteintes de neurodermatite peuvent aider en influençant les bactéries de la peau via la flore intestinale. Ainsi, une santé intestinale optimale pourrait également protéger la peau.

                Santé intestinale et flore intestinale : en bref

                Que signifie la santé de la flore intestinale ?

                L'intestin est sain lorsqu'il ne présente aucune maladie, aucune intolérance ou allergie alimentaire, aucune flore intestinale déséquilibrée et aucune sensibilité élevée aux infections.

                Qu’est-ce que la flore intestinale ?

                L'intestin humain abrite 100 milliards d'organismes microbiens différents, dont des bactéries, des virus et des champignons. Ces microorganismes forment ensemble la flore intestinale, également appelée microbiome. La plus grande partie de la flore intestinale est constituée de bactéries. Leur nombre augmente de la bouche au gros intestin.

                Quelles sont les fonctions de la flore intestinale ?

                Les bactéries présentes dans l'intestin renforcent notre système immunitaire, nous protègent des agents pathogènes, produisent des acides aminés importants, des vitamines et de l'acide butyrique.

                Quelles sont les raisons d'une flore intestinale déséquilibrée ?

                Les raisons d'un intestin malsain sont différentes. Les causes possibles sont de grandes quantités d'antibiotiques, des toxines environnementales, une mauvaise alimentation et le stress.

                Quels sont les symptômes d'une flore intestinale déséquilibrée ?

                Les symptômes d'une flore intestinale déséquilibrée sont de fréquents troubles digestifs, une mauvaise peau, des problèmes respiratoires, des problèmes de concentration, des douleurs articulaires et musculaires.

                Comment reconstruire une flore intestinale déséquilibrée ?

                Les probiotiques, les prébiotiques et l'amidon résistant peuvent aider à perturber la flore intestinale et favoriser la santé de la flore intestinale. On les trouve dans certains aliments tels que le kéfir, la choucroute, les pommes de terre refroidies et dans les compléments alimentaires. Les probiotiques, c'est-à-dire les aliments et les compléments contenant des microorganismes vivants, sont considérés comme particulièrement efficaces.

                Sources

                1. Bischoff SC. “Gut health”: a new objective in medicine? BMC Medicine. 2011;9(1). doi:10.1186/1741-7015-9-24
                2. C. E. West u. a., „The gut microbiota and inflammatory noncommunicable diseases: Associations and potentials for gut microbiota therapies“, Journal of Allergy and Clinical Immunology, Bd. 135, Nr. 1, S. 3–13, Jan. 2015, doi: 10.1016/j.jaci.2014.11.012.
                3. Haller D, Hörmannsperger G. Aufbau und Funktionen des Darmes. In: Darmgesundheit Und Mikrobiota. Wiesbaden: Springer Fachmedien Wiesbaden; 2015:3-12. doi:10.1007/978-3-658-07648-1_2
                4. Biesalski H-K, Grimm P, Nowitzki-Grimm S. Taschenatlas Ernährung. 7., unveränderte Auflage. Stuttgart New York: Georg Thieme Verlag; 2017.
                5. Honda K, Littman DR. The microbiome in infectious disease and inflammation. Annu Rev Immunol. 2012;30:759-795. doi:10.1146/annurev-immunol-020711-074937
                6. Kasper H, Burghardt W. Ernährungsmedizin und Diätetik. 12., überarb. Aufl. München: Elsevier, Urban & Fischer; 2014.
                7. Xu X-R. Dysregulation of mucosal immune response in pathogenesis of inflammatory bowel disease. World Journal of Gastroenterology. 2014;20(12):3255. doi:10.3748/wjg.v20.i12.3255
                8. Savadogo A, Ouattara AC, Bassole HI, Traore SA. Bacteriocins and lactic acid bacteria - a minireview. African Journal of Biotechnology. 2006;5(9). https://www.ajol.info/index.php/ajb/article/view/42771. Accessed July 24, 2018.
                9. Tanca A, Abbondio M, Palomba A, et al. Potential and active functions in the gut microbiota of a healthy human cohort. Microbiome. 2017;5(1). doi:10.1186/s40168-017-0293-3
                10. Nishida A, Inoue R, Inatomi O, Bamba S, Naito Y, Andoh A. Gut microbiota in the pathogenesis of inflammatory bowel disease. Clin J Gastroenterol. December 2017. doi:10.1007/s12328-017-0813-5
                11. Ernährungs Umschau. Mikroben verhindern Allergien. https://www.ernaehrungs-umschau.de/news/13-07-2015-mikroben-verhindern-allergien/. Published July 13, 2015. Accessed July 25, 2018.
                12. Qin J, Li R, Raes J, et al. A human gut microbial gene catalogue established by metagenomic sequencing. Nature. 2010;464(7285):59-65. doi:10.1038/nature08821
                13. Zoetendal EG, Akkermans AD, De Vos WM. Temperature gradient gel electrophoresis analysis of 16S rRNA from human fecal samples reveals stable and host-specific communities of active bacteria. Appl Environ Microbiol. 1998;64(10):3854-3859.
                14. Hawrelak JA, Myers SP. The causes of intestinal dysbiosis: a review. Altern Med Rev. 2004;9(2):180-197.
                15. Darmbarriere – Zielstruktur für die Behandlung von Krankheiten :: Deutsche Gesellschaft für Mukosale Immunologie und Mikrobiom. http://www.dgmim.de/index.php?id=221. Accessed July 9, 2018.
                16. Dethlefsen L, Huse S, Sogin ML, Relman DA. The Pervasive Effects of an Antibiotic on the Human Gut Microbiota, as Revealed by Deep 16S rRNA Sequencing. Eisen JA, ed. PLoS Biology. 2008;6(11):e280. doi:10.1371/journal.pbio.0060280
                17. Klein EY, Van Boeckel TP, Martinez EM, et al. Global increase and geographic convergence in antibiotic consumption between 2000 and 2015. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2018;115(15):E3463-E3470. doi:10.1073/pnas.1717295115
                18. Antibiotic resistance. World Health Organization. http://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/antibiotic-resistance. Accessed July 24, 2018.
                19. Bätzing-Feigenbaum J, Schulz M, Schulz M, Hering R, Kern WV. Outpatient Antibiotic Prescription. Deutsches Aerzteblatt Online. July 2016. doi:10.3238/arztebl.2016.0454
                20. Bätzing-Feigenbaum J, Schulz M, Schulz M, Hering R, Gisbert-Miralles J, Kern WV. Entwicklung des Antibiotikaverbrauchs in der ambulanten vertragsärztlichen Versorgung. 18. doi:10.20364/va-15.15
                21. Bischoff S, Koletzko B, Lochs H, Meier R, und das DGEM Steering Committee. S3-Leitlinie der Deutschen Gesellschaft für Ernährungsmedizin (DGEM). Aktuelle Ernährungsmedizin. 2014;39(03):e72-e98. doi:10.1055/s-0034-1370084
                22. Farnworth ER. Handbook of Fermented Functional Foods. Boca Raton: CRC Press; 2008. http://public.eblib.com/choice/publicfullrecord.aspx?p=345167. Accessed July 24, 2018.
                23. „Gesunde“ Lebensmittel? | Verbraucherzentrale Hamburg. https://www.vzhh.de/themen/lebensmittel-ernaehrung/gesunde-lebensmittel. Accessed July 24, 2018.
                24. Quigley EMM. Prebiotics and probiotics: their role in the management of gastrointestinal disorders in adults. Nutr Clin Pract. 2012;27(2):195-200. doi:10.1177/0884533611423926
                25. Orel R. Intestinal microbiota, probiotics and prebiotics in inflammatory bowel disease. World Journal of Gastroenterology. 2014;20(33):11505. doi:10.3748/wjg.v20.i33.11505
                26. Keenan MJ, Zhou J, Hegsted M, et al. Role of Resistant Starch in Improving Gut Health, Adiposity, and Insulin Resistance. Advances in Nutrition. 2015;6(2):198-205. doi:10.3945/an.114.007419
                27. Gerald Rimbach, Jennifer Nagursky, Helmut F. Erbersdobler. Lebensmittel-Warenkunde Für Einsteiger. Springer-Verlag
                28. Hildebrandt MA, Hoffmann C, Sherrill–Mix SA, et al. High-Fat Diet Determines the Composition of the Murine Gut Microbiome Independently of Obesity. Gastroenterology. 2009;137(5):1716-1724.e2. doi:10.1053/j.gastro.2009.08.042
                29. Biesalski H-K, Adolph M, eds. Ernährungsmedizin: nach dem neuen Curriculum Ernährungsmedizin der Bundesärztekammer ; 276 Tabellen. 4., vollst. überarb. und erw. Aufl. Stuttgart: Thieme; 2010.
                30. Pelucchi C, Chatenoud L, Turati F, et al. Probiotics supplementation during pregnancy or infancy for the prevention of atopic dermatitis: a meta-analysis. Epidemiology. 2012;23(3):402-414. doi:10.1097/EDE.0b013e31824d5da2.
                31. Reizdarmsyndrom - Darmflora rückt in den Focus : Deutsche Gesellschaft für mukosale Immunologie und Mikrobiom. http://www.dgmim.de/index.php?id=223. Accessed July 25, 2018.
                32. Ng SC, Shi HY, Hamidi N, et al. Worldwide incidence and prevalence of inflammatory bowel disease in the 21st century: a systematic review of population-based studies. The Lancet. 2017;390(10114):2769-2778. doi:10.1016/S0140-6736(17)32448-0
                33. Baker PI, Love DR, Ferguson LR. Role of gut microbiota in Crohn’s disease. Expert Rev Gastroenterol Hepatol. 2009;3(5):535-546. doi:10.1586/egh.09.47
                34. Haller D. Nutrigenomics and IBD: the intestinal microbiota at the cross-road between inflammation and metabolism. J Clin Gastroenterol. 2010;44 Suppl 1:S6-9. doi:10.1097/MCG.0b013e3181dd8b76
                35. Xu X-R, Liu C-Q, Feng B-S, Lui Z-J. Dysregulation of mucosal immune response in pathogenesis of inflammatory bowel disease. World Journal of Gastroenterology. 2014;20(12):3255. doi:10.3748/wjg.v20.i12.3255
                36. Zhou M, He J, Shen Y, Zhang C, Wang J, Chen Y. New Frontiers in Genetics, Gut Microbiota, and Immunity: A Rosetta Stone for the Pathogenesis of Inflammatory Bowel Disease. BioMed Research International. 2017;2017:1-17. doi:10.1155/2017/8201672
                37. Kato K, Mizuno S, Umesaki Y, et al. Randomized placebo-controlled trial assessing the effect of bifidobacteria-fermented milk on active ulcerative colitis. Alimentary Pharmacology and Therapeutics. 2004;20(10):1133-1141. doi:10.1111/j.1365-2036.2004.02268.x
                38. Cui H-H, Chen C-L, Wang J-D, et al. Effects of probiotic on intestinal mucosa of patients with ulcerative colitis. World J Gastroenterol. 2004;10(10):1521-1525.
                39. Foster JA. Gut feelings: bacteria and the brain. Cerebrum. 2013;2013:9.
                40. Huang R, Wang K, Hu J. Effect of Probiotics on Depression: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Nutrients. 2016;8(8):483. doi:10.3390/nu8080483
                41. Kau AL, Ahern PP, Griffin NW, Goodman AL, Gordon JI. Human nutrition, the gut microbiome and the immune system. Nature. 2011;474(7351):327-336. doi:10.1038/nature10213
                42. Al-Ghazzewi FH, Tester RF. Impact of prebiotics and probiotics on skin health. Beneficial Microbes. 2014;5(2):99-107. doi:10.3920/BM2013.0040
                Contenu